• Rentrée chaude à l'école Jean Vilar

    Si on vous dit « la rentrée à l'école Jean Vilar est compliquée cette année », vous répondrez peut-être en haussant les épaules.

    Après tout, si on demande aux élèves, la rentrée c'est toujours exaltant mais compliqué.

    Rentrée chaude à l'école Jean Vilar

    Et si on demande à l'Education Nationale ou à n'importe quelle mairie, la rentrée c'est toujours un moment délicat qu'on regarde comme le lait sur le feu.

    Surtout cette année où les horaires ont été franchement bousculés avec la réforme des rythmes scolaires (voir notre billet précédent : http://villejuifpourtous.eklablog.fr/rythmes-scolaires-a-villejuif-ou-en-est-on-a108453864).

    Et bien à Vilar, c'est plus que ça. C'est vraiment compliqué.

    Compliqué au point que les parents ont été invités à deux réunions en quatre jours pour parler des problèmes de sécurité de leurs enfants.

    Et la réunion de vendredi 5 septembre n'était pas triste ! Confuse, tendue, dans le brouhaha… Beaucoup de parents présents ont eu l'impression d'avoir perdu leur temps.

    Et pourtant, il s'en est dit, des choses importantes ! Voici notre petit compte rendu.

    Pour commencer, c'est quoi le problème au juste ?

    La différence entre l'école Vilar et les autres écoles de Villejuif, c'est qu'elle fait l'objet de gros travaux en ce moment.

    Depuis mars, un centre de loisirs a été construit. La cantine a été complètement refaite.
    A partir d'avril prochain, une grosse partie de la maternelle sera démolie et on construira une nouvelle maternelle au même endroit, plus moderne et plus haute.

    Rentrée chaude à l'école Jean VilarAvantages : cette école était mal configurée, les classes de maternelle se retrouvaient au milieu de l'élémentaire… C'était un bazar, dénoncé depuis longtemps par les enseignants et les parents d'élèves. Et puis, la population augmente, il faut agrandir l'école pour accueillir plus d'enfants.


    Rentrée chaude à l'école Jean VilarInconvénients : les travaux ça fait du bruit et de la poussière.
    Et surtout, les travaux prennent de la place. Les enfants jouent dans une cour plus petite que d'habitude, et des préaux sont déjà fermés en vue des travaux à venir.

    Résultat : quand c'est la pause et qu'il pleut, les enfants sont tous parqués dans un seul préau. Vous imaginez près de 300 enfants dans la même salle…
    Il n'y a pas que le brouhaha, le chahut ou la fatigue. Les enseignants le disent : ils ne peuvent pas assurer de bonnes conditions de sécurité des enfants.

    Rentrée chaude à l'école Jean Vilar

    La solution, elle est connue. C'est d'organiser les récrés et la cantine de manière à éviter que tous les enfants aient leur pause en même temps.

    Mais il y a un hic. La réforme des rythmes scolaires.

    Les enfants ont deux heures de pause midi. Quelle que soit la manière de prendre le problème, on se retrouve avec une demie-heure où tous les enfants ont fini de manger, et se retrouvent ensemble en pause.

    Evidemment, tout le monde l'avait vu venir !

    Du coup, la pause midi durait encore 1h30 à Vilar l'année dernière, contre 2h dans toutes les autres écoles de Villejuif. Il faut dire que c'était encore la mairie qui décidait.

    Pour anticiper la rentrée 2014, Claudine Cordillot avait demandé une dérogation à l'Education Nationale, pour ne pas appliquer les rythmes scolaires à Vilar le temps des travaux.

    C'était il y a sept mois…

    Demander cette dérogation, c'était réaliste. On en trouve même près de chez nous, dans le 94, à Mandres les Roses.

    Mais à Villejuif, non, ça marche pas.

    Peu avant la rentrée, patatras, on apprend qu'en fait l'Académie de Créteil refuse la dérogation.

    Et maintenant, quelles sont les solutions ?

    La directrice de la maternelle devait consacrer 3/4 de son temps à faire la classe. Elle pourra désormais se consacrer à temps plein à son travail de directrice.
    L'académie parle, sans rire, d'« un effort considérable » !

    La mairie rouvrira deux préaux de la maternelle qui seront bientôt condamnés. Il faudra deux semaines pour tout préparer, et une personne de plus pour gérer cette partie du bâtiment. Coût pour vos impôts : au moins 30 000 €.

    La mairie va organiser un groupe de travail pour préparer la période de chantier qui commencera en avril.

    Parce que, non seulement les problèmes de place vont se poser à nouveau (forcément, les préaux « de secours » seront hors service).

    Mais en plus il faudra bien trouver un moyen de faire les travaux bruyants et dangereux : tout le monde pensait qu'ils seraient concentrés le mercredi quand les enfants ne seraient pas là !


    Qu'en pensent les parents et les enseignants ?

    L'ambiance était électrique !

    Déjà, ça a commencé à s'énerver sur l'organisation matérielle de la réunion. Il faut dire que, si on voulait une ambiance lamentable, on ne pouvait pas faire mieux…

    Le lieu déjà.
    La réunion était prévue dans le préau de l'école. A la dernière minute, le maire a préféré la tenir dans la salle du conseil municipal. Déception des enseignants qui voient changer la nature de la réunion. Information en urgence faite aux parents, certains n'étaient pas au courant. Et surtout, une salle trop petite, bondée, surchauffée. Rien de mieux pour échauffer les esprits.

    Ensuite, pas de micro !
    Vous savez, le micro, c'est cet accessoire qui coûte cher et qui ne sert à rien… Mais quand il n'est pas là, la réunion tourne à « qui crie le plus fort ». Belle concertation en perspective !

    Rentrée chaude à l'école Jean Vilar

    la démocratie participative vue par l'Union citoyenne pour Villejuif

    Les enseignants ont donné leur avis sur les solutions proposées par la mairie et l'académie. Elles permettront de répartir environ 80 élèves par préau.

    C'est « moins pire » que 276 enfants dans un seul préau, mais ça ne permet tout de même pas de garantir de bonnes conditions de sécurité.

    Rentrée chaude à l'école Jean VilarEt puis, les travaux bruyants auront lieu pendant que les enfants seront dans l'école. Les parents sont inquiets. Quand ils ont entendu que les travaux auront lieu tous les jours de la semaine, certains ont envoyé une volée de bois vert : « ma fille de maternelle, elle a entendu une perceuse aux toilettes et s'est enfuie tellement elle avait peur ! » « Ce sont des enfants, pas des robots ! ».

    C'est clair : ce qu'il faut, c'est une dérogation pour ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires à Vilar le temps des travaux. Point.

    Fayçal Arrouche était l'élu qui suivait le dossier dans l'ancienne majorité. Présent à cette réunion, Il a rappelé que ces problèmes avaient été identifiés bien en avance, et que la dérogation était la seule solution qu'on ait trouvée. Le directeur de l'école confirme.

    L'académie a opposé une fin de non recevoir. La salle était en colère !
    Très élégante, l'académie qui avait prévu le coup, a envoyé sa représentante locale expliquer la décision de ses patrons et essuyer à leur place les foudres du public…

    La salle était aussi en colère contre le maire.
    Très consensuel, il a oublié son discours de combat qu'il avait tenu quelques mois plus tôt dans la même salle (on en parle ici http://villejuifpourtous.eklablog.fr/les-rythmes-scolaires-a-villejuif-made-in-normandie-a108299152 ).

     

    Rentrée chaude à l'école Jean Vilar


    Un discours bien clivant et bien radical à l'époque… Une partie du public avait apprécié et s'en rappelait !

    C'est comme ça qu'un homme a demandé au maire d'attaquer l'éducation nationale en justice pour mise en danger des enfants. Ou cette maman disant au maire « vous n'avez rien dans le pantalon ! ». Qui sème le vent…

    Et surtout, personne ne comprend pourquoi il faut appliquer les rythmes coûte que coûte.

    A l'image de cette maman, qui demande « Vos solutions sont compliquées, elles sont coûteuses et elles ne marchent pas bien. Pourquoi ne pas adopter la solution la plus simple et la moins chère, la dérogation ? »

    On cherche encore la réponse !

    En sortant, on sentait l'envie, chez les parents ou les enseignants, de prendre les choses en main.

    De se mobiliser collectivement pour enfin arracher cette dérogation de bon sens.

    Villejuif n'a pas fini d'être belle et rebelle !


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Sousou94
    Lundi 25 Janvier 2016 à 19:10
    J'aime cette école dommage qu'il n'y pas plus d'activité déguisés les enfants pour mardi gras,faire des danses pour la fin d'année au lieux des chorales faire venir le père Noël et le st Nicolas,mais surtout faire quelque choses les parents des primaires bloqué le passage de ceux de maternelle sans gêne comme sil il n'y a que eux qui récupère leurs enfants
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :